Débat: la sécurité dans nos Marches.

smrpat-marcheur.jpg

Les débats qui ont animé (un peu) certains conseils communaux ces dernières semaines nous offrent une occasion de revenir sérieusement sur la sécurité qui doit entourer nos marcheurs et leurs publics.

Cette sécurité doit s‘assumer à plusieurs niveaux et les comités ou les officiers de pelotons ont pris et continuent à prendre les dispositions nécessaires. C’est ainsi qu’en de nombreux endroits, la distribution et l’utilisation de la poudre sont strictement réglementées, la consommation d’alcool devient plus raisonnable et les tirs de fusil ou tromblon en dehors des rangs sont de plus en plus souvent prohibés.

Ce regain de discipline n’est pas vécu comme une sanction par les marcheurs mais bien comme des actions régulières nécessaires au bon déroulement et à la sauvegarde de notre folklore. 

Cette amélioration est le fruit d’un long travail entrepris tant au sein de l’Association des Marches Folkloriques de l’Entre-Sambre-et-Meuse que dans l’ensemble des compagnies ou pelotons qui escortent les processions de la région. Ceci, souvent, avec des conseils avisés des autorités communales et/ou policières.

Mais s’il est un domaine où ces autorités doivent absolument conserver leur prédominance, c’est celui du règlement de la circulation routière.

Nous comprenons et partageons l’avis de certains responsables des zones de police selon lesquels on ne peut pas mettre un agent derrière chaque barrière Nadar. On sait aussi que pour certaines zones, c’est chaque week-end qu’il y a une marche, que ça coûte cher et que le personnel policier doit ensuite récupérer les heures prestées et ce, au détriment d’autres missions.

On comprend que nos villes et communes tentent de récupérer le moindre euro pour boucler des budgets de plus en plus difficiles à conserver en équilibre. Nous sommes conscients de toutes ces choses et nous pourrions dire que c’est aux hommes et femmes politiques de trouver des solutions, pas à nous.

Mais ce folklore, nous l’aimons. Chaque week-end, nous sommes aux côtés des marcheurs, avec leur famille, leurs amis. Et donc, nous sommes également concernés par la sécurité autour de nos Marches. Et nous affirmons qu’il y a moyen d’améliorer celle-ci sans trop d’investissements.

Pourquoi, par exemple, ne pas remplacer les barrières Nadar par des plots ou des piquets amovibles interdisant toute circulation automobile dans le cœur de nos villages quand une marche s’y déroule? On a pu constater dernièrement à Walcourt que des automobilistes tentaient de s’infiltrer entre les pelotons pour atteindre la Grand-Place. C’est moche et c’est dangereux. Si on peut bloquer la ville pendant la Trinité, pourquoi ne pas le faire le week-end suivant quand toutes les compagnies locales sont de sortie? Rien que ce dispositif, allié à une signalisation efficace et placé à certaines heures bien précises, permettrait d'éviter bon nombre d’incidents. 

Certains verraient d’un bon œil le placement de stewards.

L’idée n’est pas mauvaise. A condition qu’on ne prenne pas n’importe qui pour ce faire, que ce soient donc des personnes ayant une certaine formation, résistantes au stress, dotées d’un sens de la diplomatie... et pas celles dont le seul rêve est de se pavaner avec une casquette sur la tête et un chasuble fluo aux côtés d’un officier ou juste devant un peloton, c’est exécrable pour les photos!

Répétons-le, une Marche folklorique, ce n’est pas n’importe quoi. Il s’agit quand même d’un événement reconnu au Patrimoine immatériel de l’Humanité.

Ce n’est pas une course cycliste de kermesse ou un défilé de majorettes. C’est une tradition ancrée dans nos contrées depuis des centaines d’années. Et à ce titre, chaque marche doit jouir d’une sécurité certaine ! Même si ça coûte un peu à la collectivité!

D’accord? Pas d’accord? Vous avez des idées en cette matière? Réagissez à cet article !

 

Commentaires

  • Tout à fait d ' accord!!!!! Si tout le monde marchait dans le respect des processions, il n' y aurait pas d ' accidents...... Se pavaner ne m' intéresse pas du tout! Les civils et les poussettes dans les rangs me dérangent... Aux arrêts, o k là, vive la liberté pour ceux ( ou celles) qui en ont besoin!
    Sans discipline, on ne peut pas avoir une compagnie digne de ce nom!
    C' est juste ce qui MOI je pense!! :)

  • Les Stewards sont en effet une bonne solution.
    A Beignée (ainsi que dans d'autres marches de l'entité d'Ham-sur-Heure/Nalinnes), nous avons travaillé avec des stewards de l'ALE. Un membre du comité les briefe avant la marche, leur remet des plans du villages indiquant les horaires de passage et les possibilité de contournement. Tout s'est toujours bien passé et certains stewards sont même devenus des habitués. Là où des copies d'arrêtés de police interdisant le stationnement ne suffisaient à dissuader les automobilistes, ils sont toujours parvenu à négocier avec les automobilistes et à les diriger vers d'autres endroits de parking. La marche du Bienheureux Richard n'est pas une grosse marche et Beignée est petit, ça facilite également les choses, c'est certain. Je pense cependant que ce genre de dispostif, moyennant quelques aménagements serait réalisable pour des marches plus importantes.

  • Totalement d'accord, il y a un vrai problème de présence policière dans plusieurs marches, avec des automobilistes de plus en plus nombreux et de moins en moins respectueux.
    En plus du coût, certains chefs de zone n'ont aucune envie d'assurer et aider nos marches, ceux qui savent comprendront.
    En tout cas, le besoin est réel. Les stewards peuvent être une solution mais ne remplaceront jamais un policier en uniforme assermenté qui peut verbaliser. Je trouve que le service minimum serait la présence aux moments phares, voir avant pour les voitures mal stationnées...

Les commentaires sont fermés.